lundi 8 août 2016

Apprendre à improviser au piano



Après une série d'articles "techniques", je vais ici revenir à des fondamentaux et essayer de vous apportez des éléments de réponses à une question qui revient avec la régularité du charleston sur un hard-bop : "Comment apprendre à improviser ?"

Si je m'en réfère à mon expérience personnelle, voici comment j'ai commencé. Après avoir fait mes petites expérimentations sur un standard assez simple (Autumn Leaves en l'occurence, un copain m'avait passé la partition provenant d'un Real Book) et n'aboutissant à rien de concluant, je me suis mis en tête de travailler les ii-V-I et les voicings main gauche sans tonique. Et quand j'ai commencé à me sentir à l'aise, tout en continuant à faire tourner ces voicings sur le cycle des quintes, j'ai ajouté la main droite en imaginant des petites phrases mélodiques.
Je ne saurai trop insister sur le fait que le mieux est encore d'être accompagné d'une ligne de basse ou, au moins, d'une rythmique de batterie swing. Ça se trouve assez facilement sur n'importe quel clavier arrangeur ou sur internet. A défaut, utilisez un métronome. Celui-ci devra battre la blanche, et correspondre aux temps 2 et 4 de la mesure : cela vous aidera à "swinguer". Commencer avec un tempo lent, par exemple 50 à la blanche. La meilleure reste encore d'utiliser les très bons livres-CDs de Jamey Aebersold, notamment celui sur le ii-V-I où vous trouverez des bandes-sons permettant de travailler les ii-V-I sur le cycle des quintes accompagné par un bassiste et un batteur professionnel :


Si vous avez du mal à jouer main gauche et main droite ensemble, vous pouvez laisser dans un premier temps l'accompagnement piano (joué par Jamey Aebersold) et travailler votre improvisation main droite par-dessus.

Commencez par des phrases en blanches, puis en noires, puis en croches. Faites ensuite varier les motifs rythmiques.

N'oubliez pas qu'en jazz, les croches sont ternaires, c'est-à-dire que vous ne jouez pas des croches régulières comme ceci :







mais plutôt des croches "sautillantes" qu'on appelle "croches ternaires" qui se rapprochent plutôt de ceci :









Même si vous verrez plus tard ce n'est pas exactement ça, mais le bon rythme vous viendra plus tard avec l'aisance et le feeling.
Ce sont ces croches ternaires qui définissent le "swing". Vous pourrez jouer des croches normales (dites "binaires") sur des morceaux latins (bossanovas, calypsos, etc.) ou sur du jazz plus orienté "funk" par exemple.
Sur les standards qui se jouent "ternaires", vous verrez la plupart du temps ceci en haut de la partition, qui illustre parfaitement ce que je viens d'expliquer :








Une des choses les plus importantes que l'on m'ait dites quand j'ai commencé à apprendre à improviser, ç'a été un conseil d'un professeur d'instrument qui m'a expliqué qu'en jazz ces croches ternaires ne doivent pas être jouées toutes avec la même attaque : il faut accentuer la croche qui est en contre-temps. Pour quelqu'un qui vient du classique c'est extrêmement difficile au début : il faut travailler lentement en se forçant à jouer Pianissimo la croche qui tombe sur le temps et MezzoForte celle qui tombe sur le contre-temps (ou plus exactement sur la 3ème croche du triolet, mais là je sens que je vais commencer à perdre du monde) :
Le signe ">" signifie que la note est accentuée











Voilà, vous avez déjà de quoi bien débuter, et si vous avez le courage de longues heures de travail, mais aussi de plaisir. N'hésitez pas à alterner ce genre de séance de travail avec des exercices plus ludiques comme essayer d'improviser uniquement avec la main droite sur un disque de votre jazzman préféré, d'oreille. C'est un très bon exercice qui vous fera progresser très vite en terme de feeling et d'oreille.
Vous pouvez également trouver sur youtube ou sur internet des idées de gimmick (petites phrases mélodiques typiques du jazz) que vous pouvez vous amuser à décliner dans toutes les tonalités (utilisez pour cela le cycle des quintes)

Vous pouvez aussi vous référer à mon précédent article "Débuter rapidement en improvisation au piano" où je vous proposais d'improviser sur des blues, grille facile à appréhender et qui procurera rapidement de bonnes sensations.

D'autres articles suivront sur l'apprentissage de l'improvisation.

Enjoy !

jeudi 28 janvier 2016

La grille de blues mineur



Après avoir vu dans un précédent article, les grilles de blues, attardons-nous, ici, sur le blues "mineur". Lorsque je vous ai parlé de la grille de blues, j'ai utilisé la tonalité de Do comme exemple. Pour rester dans la logique, partons ici de la relative mineure de Do : La.

Voici une grille de blues en La mineur :
Am |  - |  - |  - |
Dm |  - | Am |  - |
E7 |  - | Am | E7 ||

Pour ce qui est des 4 dernières mesures, c'est comme dans le blues classique, vous pourrez voir des tonnes de variantes différentes.

Le blues mineur est généralement très typé "modal", du fait de ces accords que l'accord de tonique peut durer très longtemps (jusqu'à potentiellement 6 mesures), et est excellent pour travailler l'improvisation "out", qui consiste à faire des incursions en dehors de l'harmonie. Un article Wikipedia explique très bien ce que l'on entend par "jazz modal".

Sachez toutefois qu'il est possible, comme dans le blues classique, de se servir des gammes pentatoniques (mineures) et des gammes de blues pour improviser sur cette grille.


Dans le Real Book, vous pourrez trouver quelques standards basés sur cette grille, comme par exemple Footprints du grand Wayne Shorter dont voici la grille :
Cm |  -  |  -  |  -  |
Fm |  -  | Cm  |  -  |
D7 | Db7 | Cm  |  -  ||

Vous pouvez écouter ce standard de jazz sur Youtube ici.

Et pour travailler seul à la maison, il y a la très bonne série de méthode Aebersold. Vous pourrez vous exercer sur Footprints avec le numéro 54. Sachez que, sur le CD fourni, en jouant sur la balance gauche/droite vous pouvez couper le piano ou le saxophone et travailler accompagné par des musiciens professionnels. Vous pouvez trouver la série des Aebersold sur Amazon ou en magasin de musique :



Un autre exemple de standard basé sur une grille de blues mineure, Mr P.C. de John Coltrane :
Cm  |  -  |  -  |  -  |
Fm  |  -  | Cm  |  -  |
Ab7 |  G7 | Cm  |  -  ||

Vous pourrez vous exercer à jouer ce standard avec le numéro 27 de la série Aebersold :


Et puis un peu de théorie avec un très bon livre sur le blues de Jo Angel-Weller :



Bon courage et bon travail.

mercredi 13 janvier 2016

Voicings à deux mains en situation d'accompagnement

Je vais vous exposer ici une technique de voicings que j'utilise assez souvent en situation d'accompagnement.
Lorsque vous vous trouvez en situation d'accompagnement vous avez vos deux mains libres pour "voicer" les accords de la grille. Si un bassiste est présent, votre main gauche n'a pas besoin de jouer la tonique à la basse. Vous pouvez donc utiliser votre main gauche pour faire des "voicings main gauche sans tonique" comme expliqué dans ce précédent article. Maintenant vous ne savez pas que faire de votre main droite. C'est dans cette situation que j'utilise à la main droite des notes simples de l'accord : la tonique et/ou la quinte. Ce qui nous donne par exemple sur un Dm7 :

Voicing main gauche sans tonique :









Et à la main droite on joue la tonique en octave et la quinte au milieu, ou la quinte en octave et la tonique au milieu, comme ceci :




Vous pouvez également écarter les deux mains, et par là-même aérer le voicing, en jouant la main droite une octave plus haut. Cela permet de laisser une partie de la tessiture libre pour le soliste (surtout si c'est un saxophone ténor ou alto)




Ces voicings seront assez appréciés par le soliste pendant son solo sur un standard compliqué car, comme vous jouez la tonique et la quinte, cela lui permettra de parfaitement entendre l'accord et de bien se situer dans la grille.

Ce système vous permettra également d'enchaîner les accords de manière fluide. Par exemple sur un ii-V-I :















Si vous n'avez pas encore travaillé les voicings main gauche sans tonique, vous pouvez remplacer ce voicing par simplement la tierce et la septième. Sur notre précédent ii-V-I ça donnerait ceci :














A travailler dans toutes les tonalités, sur des ii-V-I ou des I-vi-ii-V (comme quelqu'un me l'a suggéré dans un commentaire, j'écris maintenant les degrés sous une forme qui montre la qualité de la tierce : en minuscule=tierce mineure, en majuscule=tierce Majeure).

Bon courage.

jeudi 10 juillet 2014

Travail des gammes et arpèges

Connaître ses gammes (gamme de blues, gamme pentatoniques, gamme majeure et ses modes, etc.) c'est bien, mais ça ne suffit pas pour improviser. Il faut aussi savoir les utiliser et en faire quelque chose. N'oubliez pas, ce ne sont que des outils. Elles doivent vous servir à construire un discours dans vos solos, à raconter quelque chose, à imaginer des mélodies.
Il en est de même pour les arpèges. Pour ma part, ayant pas mal travaillé les arpèges étant jeunes, j'ai tendance à en utiliser beaucoup dans mes solos.

Voici un ouvrage qui vous permettra de travailler vos gammes et arpèges dans ce but :

Gammes et arpèges pour le jazz


Gammes et arpèges pour le jazz

En revanche, il ne faut tout de même pas oublier de travailler aussi ses gammes de façon "scolaire" de temps en temps, comme on le fait en conservatoire. C'est important pour bien avoir les doigtés dans les doigts, comme des automatismes, et pour gagner en vélocité.
Voici un ouvrage traitant des gammes, des arpèges et de leurs doigtés

Doigté des gammes et arpèges


Doigté des gammes et arpèges


Et un ouvrage indispensable à tout pianiste (pas uniquement de jazz), qui comprend des exercices techniques pour travailler la vélocité des doigts (les exercices de vélocité les plus reconnus par tous les pianistes depuis longtemps), et à la fin, on y trouve également les doigtés des gammes majeures et mineures  :

Le Pianiste virtuose - 60 Exercices


Le pianiste virtuose - 60 exercices

jeudi 22 mai 2014

Walking basse main gauche sur turn-around I-VI-II-V-III-VI-II-V

Pour changer un peu des voicings, voici une walking basse sur un Turn-around tout simple : I-VI-II-V-III-VI-II-V.

J'ai trouvé cette walking basse dans une version de Bill Evans du standard My Funny Valentine en duo avec Jim Hall sur l'album Undercurrent. Lorsque Bill accompagne le solo Jim Hall, il remplace une suite d'accord qui fait partie de la grille de My Funny Valentine : EbMaj7 - Fm7 - Gm7 - Fm7 - EbMaj7 - Fm7 - Gm7 - Fm7
Je ne sais pas vous mais moi je déteste cette suite d'accord ! Je trouve ça laid au possible. Visiblement Bill ne devait pas trop aimer non plus ces 2 mesures présentes au début du "B" de la grille. Il le remplace donc par ce Turn-around en jouant la walking suivante à la main gauche :


Cette walking est toute simple, mais terriblement efficace ! Et elle tombe toute seule sous les doigts, ce qui la rend facile à travailler dans plusieurs tonalités. Elle devrait devenir à l'usage une gimmick que vous réutiliserez souvent sans même y penser, dans des situations d'accompagnement sans bassiste.

Cet article m'aura également permis de vous présenter le Turn-around I-VI-II-V, progression harmonique très utilisée en jazz, ici sous sa forme longue : I-VI-II-V-III-VI-II-V (en fait, on répète deux Turn-around, mais la deuxième fois on remplace le Ier degré par le IIIème degré)

Enjoy !

jeudi 12 décembre 2013

Quelques voicings à 2 mains sur accord de 7ème de dominante



Voici un petit panel de voicings jouables à 2 mains sur des accords de 7ème de dominante.
Je me sers de ce genre de voicings à 2 mains notamment sur des grilles de blues en situation d'accompagnement (trio, quartet, quintet, etc.).

Un premier exemple est le voicing en quartes. Il s'agit ici d'empiler des quartes, la sonorité particulière de la quarte donne une couleur aérienne et en même temps étrange à cet accord. On part de la 7ème de dominante de l'accord avec le petit doigt de la main gauche et on monte en quartes (3 quartes à la main gauche et 3 quartes à la main droite), exemple sur un F7 :













Un autre exemple de voicing est un voicing qui introduit une altération à l'accord de dominante : la 11ème augmentée (ou quarte augmentée). Attention donc à ne pas employer ce voicing si la mélodie jouée par le soliste emploie la quarte juste.
On joue à la main gauche : la tonique, la tierce et la septième de l'accord (ça ressemble à un be-bop shell), et à la main droite : la 9ème, la 11ème # et la 13 ème
Je vous le présente ici sur un accord de F7 :














Petit conseil de travail : travaillez ces voicings dans toutes les tonalités tout d'abord. Puis mettez-les en application sur un standard, ou sur un blues. Vous pouvez vous aider des CD d'accompagnements de Jamey Aebersold : en jouant sur la balance gauche/droite vous enlevez l'accompagnement piano et vous accompagnez le trio en essayant de placer vos voicings fraîchement appris.

Et pour apprendre des nouveaux voicings, il existe des tonnes de livres bien faits comme celui-ci par exemple:


samedi 26 octobre 2013

Jazz Improvisation by Gary Burton on Coursera



Je me devais de vous parler de ce cours d'improvisation jazz, en ligne, proposé gratuitement sur le site Coursera :
https://www.coursera.org/course/improvisation

Les cours en ligne sont assurés par le très grand et très reconnu Gary Burton et par la Berklee School of Music.
Rendez-vous compte, des cours d'improvisation jazz en provenance directe de la Berklee, gratuits et à domicile !! C'est énorme !

Bon j'y retourne.

mardi 2 juillet 2013

La Partition Intérieure

S'il y a bien un livre que tout musicien moderne se doit de posséder, c'est La Partition intérieure : jazz, musiques improvisées de Jacques Siron.
C'est LA Bible du jazzman. Et pas seulement du jazzman, d'ailleurs, car dans ce magnifique livre, on retrouve des clés pour déchiffrer toutes les musiques actuelles.
Il fait plus de 700 pages, donc n'espérez pas le lire d'une traite, mais voyez-le plutôt comme une encyclopédie, une référence.
Vous pouvez l'aborder en lisant quelques pages chaque jour, ou alors, partir d'un sujet et, comme les renvois sont nombreux, naviguer de sujets en sujets, et là c'est comme la navigation sur Internet on n'en finit plus d'apprendre des choses !
Bref, à posséder absolument !
Il est assez cher, mais il vaut largement son prix et peut faire un excellent cadeau pour un musicien :
La Partition intérieure : jazz, musiques improvisées

mardi 18 juin 2013

Travail des voicings II-V-I pour main gauche sans tonique renversés sur le cycle des quintes

Voici la suite du précédent post où je vous montrais les voicings pour main gauche, note à note, sur un enchaînement II-V-I, dans leur version fondamentale. Je vous présente ici ces même voicings mais dans leur version renversée.
L'idée ensuite, lorsque vous jouerez sur un standard de jazz, est de pouvoir alterner les deux renversements en fonction de la position de main de vos précédents accords. Je vous donnerai des exemples écrits note à note dans un futur article.

Ici on a toujours entre l'accord Im7 et l'accord V7, un seul doigt qui bouge(le pouce) ce qui assure une bonne fluidité à cet enchaînement. Par contre, entre l'accord V7 et l'accord IMaj7, ce n'est plus aussi simple. Mais malgré tout, le fait de rester dans la même tessiture fluidifie ce passage entre les deux accords. Et une fois que vous les aurez bien dans les doigts, vous verrez que cela permet de s'accompagner sans réfléchir et sans faire de grands sauts à la main gauche.

Travaillez-le comme écrit ici (main gauche joue la tonique et main droite les voicings). Puis trouvez un bassiste, ou enregistrez vous la basse et travaillez-les à la main gauche, en commençant doucement à improviser avec la main droite lorsque vous vous en sentez capables.




vendredi 7 juin 2013

Travail des voicings II-V-I pour main gauche sans tonique sur le cycle des quintes



En complément de mon article sur les voicings main gauche sans tonique pour les II-V-I, voici les voicings écrits sur le cycle des quintes descendant, dans leur version débutant par la 3ce. Je vous ajoute tout bientôt les voicings dans leur version renversée, débutant par la septième.

Je l'ai travaillé exactement de la façon dont je vous le présente ici, c'est-à-dire la main gauche joue la basse et le voicing est joué à la main droite. Je sais c'est normalement un voicing main gauche, mais le but ici est de les apprendre par coeur, peu importe quelle main les joue. Lorsque vous les aurez travaillé de cette façon, vous pourrez les travailler à la main gauche (donc sans la tonique, l'idéal est donc de vous enregistrer la basse et de rejouer dessus, ou alors d'avoir sous la main un bassiste sympa pour travailler avec vous) et commencer à improviser en même temps à la main droite. J'y reviendrai dans une prochaine leçon.

Toute la fluidité de cet enchaînement de voicings vient du fait qu'entre l'accord IIm7 et l'accord V7, un seul doigt bouge (le majeur) : il descend d'un demi-ton, toutes les autres notes restent.
De plus, entre l'accord V7 et l'accord IMaj7, toutes les notes changent, mais de façon assez uniforme. En fait, vous n'avez quasiment qu'à décaler la main en gardant la même position de doigts.