lundi 16 juillet 2012

La gamme Majeure et ses modes

Aujourd'hui je vais essayer de vous présenter de manière assez simple les différents modes issus de la gamme Majeure.

Ces modes sont un peu la base de l'improvisation. Plus exactement si l'improvisation est un langage, ces modes en sont l'alphabet.
Entendons-nous bien : l'alphabet ne suffit pas à construire un discours ! Pour cela il faut encore apprendre les syllabes, les mots, puis mettre les mots bout à bout pour construire des phrases.



Nous nous concentrerons aujourd'hui sur les modes issus de la gamme Majeure, mais nous verrons plus tard qu'il en existe d'autres.

Considérons tout d'abord, une gamme majeure en Do et les "degrés" tel que nous les avons vu dans l'article sur les II-V-I :
La gamme majeure de Do annotée avec ses degrés



On a tous l'habitude de jouer la gamme majeure de Do en partant de Do comme on l'a appris en école de musique ou au conservatoire. Maintenant imaginez ces même notes en partant d'un autre degré de la gamme, par exemple, en partant de Ré :
Deuxième "mode" de la gamme majeure



Si vous jouez cela, vous vous apercevrez que cela ne sonne absolument pas comme une gamme de Do majeure. Cette gamme (ou "mode") est appelé mode dorien. Jouez-le en plaquant un accord de Dm7 à la main gauche : ça convient parfaitement. Si vous avez lu mon article sur le II-V-I, je pense que cela ne vous choque et vous commencez à comprendre les liens entre les accords et les modes : la tonalité.

Voici donc la liste des 7 modes que l'on peut obtenir dans cette gamme de Do majeur :
Mode ionien, dorien et phrygien de la gamme majeure de Do


Mode lydien, mixolydien et éolien de la gamme majeure de Do




mode locrien de la gamme majeure de Do









Notez donc, au passage, que le mode éolien est également ce que vous avez peut-être appris en solfège comme la gamme mineure naturelle.

Maintenant, transposons chacun de ces modes pour les faire commencer sur un Do, afin de mieux visualiser leurs singularités :
Mode ionien, dorien et phrygien en Do

Mode lydien, mixolydien et éolien de Do

Mode locrien de Do









Rappelez-vous les accords que nous avions construits à partir des 7 degrés de la gamme majeure :
Les accords à quatre notes construits sur chaque degré de la gamme majeure de Do








Mettez ces modes et ces accords en corrélation, et vous savez maintenant quel mode jouer sur quel accord.
Accord Maj7 --> mode ionien (=la gamme majeure) ou mode lydien
Accord min7 --> mode dorien, mode phrygien ou mode éolien
Accord 7 --> mode mixolydien
Accord min7b5 --> mode locrien


Vous constatez qu'il est possible de jouer plusieurs modes sur certains types d'accord... et ce n'est rien : on peut en jouer encore beaucoup d'autres !!
Cela nous montre en revanche une chose : qu'il est important de bien analyser une grille de jazz avant d'improviser dessus. En effet, ce qui va vous faire choisir entre un mode ionien ou un mode lydien lorsque vous rencontrerez un accord Maj7, c'est son rôle par rapport à la tonalité du moment. Nous reviendrons sur cet aspect des grilles de jazz car déterminer la tonalité et le rôle de chaque accord n'est pas toujours chose aisée, mais essayez de faire l'exercice sur des grilles assez simples. Cherchez d'abord la tonalité du morceau, et essayez de trouver les modulations :
- pour cela, il y a un accord qui aide beaucoup l'accord 7 (7ème de dominante). Celui-ci ne se trouve qu'au degré 5 de la gamme : ce qui fait que lorsque vous rencontrez cet accord, vous avez de grandes chances d'être dans la tonalité qui se situe une quinte en-dessous. Je ne parle volontairement pas de l'accord m7b5 car celui-ci se retrouvera comme nous le verrons dans d'autres modes (les modes de la gamme mineure).
- autre chose qui aide, ce sont les II-V-I, ou les II-V : lorsque vous en voyez un, vous pouvez être sûr de la tonalité du moment.

Travail :

Jouez ces différents modes à la main droite avec les accords qui correspondent à la main gauche.
Re-travaillez les II-V-I (c'est toujours bon).
Cherchez quelques standards assez simples dans le Real Book et exercez-vous sur les différents accords à jouer l'accord en position fondamentale à la main gauche, et le/les modes possibles à la main droite. Ecoutez-bien et garder celui qui sonne le mieux à votre oreille.

Si vous n'avez pas de Real Book, je ne saurais trop vous conseiller de l'acheter, c'est l'investissement indispensable du musicien de jazz !
D'ailleurs, je ferai très bientôt un post sur la bibliographie indispensable du pianiste de jazz !

Merci de m'avoir suivi, cet article était un peu long mais ce sont vraiment des notions de base essentielles, tout ce qui vient après n'est plus que du bonheur si ces bases sont bien assimilées.
Si quelque chose n'est pas clair (car j'ai synthétisé au maximum) une simple recherche Google (eh oui encore) sur "les modes de la gamme majeure" et vous trouverez des centaines d'articles plus détaillés que le mien.

samedi 14 juillet 2012

Where or When - Nat King Cole

Couverture de l'album Nat King Cole at the Sands
Ca, je ne pouvais pas ne pas le partager avec vous, ce solo, je ne m'en suis jamais remis !

C'est la piste n°9 de l'album Nat King Cole at the Sands : Where or When.








Je l'ai trouvé pour vous sur Youtube :

Nat King Cole ne chante pas sur ce morceau, il joue en trio piano/basse/batterie quasiment tout le long avec quelques ponctuations (monstrueuses de phrasé) du big band. Il n'expose même pas le thème, c'est une impro piano de 3 minutes 15.

Et dans cet exercice en trio, Nat King Cole était vraiment le maître. Je vous conseille d'essayer de dégoter des vieux albums du Nat King Cole trio, même si les enregistrements sont souvent de moins bonne qualité que celui-ci.

Je ne peux que conseiller de relever ce solo ou tout du moins les parties qui vous semblent intéressantes ou les phrases que vous aimeriez ajouter à votre vocabulaire. Essayez de le jouer avec le CD afin de vous efforcer d'imiter le phrasé.

Ce que je trouve le plus impressionnant c'est qu'il fait sonner avec un feeling incroyable sa main droite, alors que sa main gauche ne fait quasiment rien ! C'est ce phrasé là que j'aimerais obtenir !
Un des défauts que j'essaie de corriger depuis longtemps, c'est que pendant mes solos je me sers beaucoup de ma main gauche pour appuyer mon solo main droite et essayer de faire swinguer mes lignes mélodiques, mais souvent ça a tendance à alourdir le résultat général.

Bonne écoute et bonne claque !

vendredi 13 juillet 2012

Le II-V-I

Aujourd'hui nous allons nous intéresser de plus près à un enchaînement d'accords (on parle aussi de cadence) dont je vous ai déjà parlé, le II-V-I.
Comme je l'ai déjà dit cette cadence est beaucoup utilisée dans le jazz. Ouvrez le Real Book, vous allez en trouver partout !
Vous verrez souvent (sans doute même plus souvent encore) sa forme non résolue, le II-V.



Nous avons déjà vu le II-V-I en tonalité de Do Majeur dans mon article sur les voicings main gauche sans tonique : Dm7 - G7 - CM7.
Pour comprendre exactement ce que sont ces accords, il faut considérer la gamme majeure de Do que tout le monde connaît et attribuer à chaque note de cette gamme un numéro correspondant à son degré :
Les degrés de la gamme majeure de Do








Depuis chacun de ces degrés il est possible de construire un accord en empilant des tierces que l'on pioche dans la gamme. Vous connaissez tous les accords à 3 notes (triades) où l'on a empilé deux tierces, mais en jazz nous construirons des accords plus "colorés" en empilant trois tierces (donc des accords à 4 notes).
Prenons comme exemple l'accord de tonique (donc en partant du degré I) qui comprendra les notes suivantes :
Accord à 4 notes construit sur le degré I de la gamme Majeure de Do
C'est ici l'accord de CMaj7







On peut ainsi construire tous les accords correspondant à chaque degré de la gamme, et l'on constate que nous obtenons différents accords, qui ne sont pas constitués des mêmes tierces. Voici ces accords et leur dénomination :
Accords à quatre notes construits sur chaque degré de la gamme Majeure de Do








Nous reviendrons plus tard sur les différents degrés, lorsque nous aborderons d'autres enchaînements ou cadences et lorsque nous aborderons l'harmonisation de la gamme majeure et les modes, mais attardons nous sur les degrés I, II et V : CMaj7, Dm7 et G7 [Prononcez : Do Majeur 7, Ré mineur 7 et Sol 7 (ou Sol 7ème de dominante)].


Les accords du II-V-I en Do
Ce sont ces 3 accords qui constituent notre cadence II-V-I, Dm7 - G7 et CMaj7, dans leur position fondamentale. 






Par la suite il est possible d'enrichir ces accords en empilant de nouvelles tierces au-dessus de ces 4 notes : 
II-V-I dans la tonalité de Do en accords de 11ème (accords à cinq notes)










Puis même d'enlever la tonique si vous jouez avec un bassiste (son rôle est de jouer cette tonique), cf. mon premier post sur les voicings main gauche sans tonique sur II-V-I.

Revenons à nos moutons... nous avons donc vu que cet enchaînement d'accord Dm7 - G7 - CMaj7 est construit entièrement avec des notes de la gamme majeur de Do. C'est pourquoi, lorsque vous voudrez improviser sur un II-V-I, vous pourrez jouer toutes les notes de la gamme majeure correspondant au degré I de l'enchaînement : c'est votre alphabet sur cet enchaînement d'accord. 


Travail :

Cherchez et travaillez les II-V-I dans toutes les tonalités, sur le cycle des quintes.
Puis lorsque vous vous sentirez à l'aise, jouez ces accords à la main gauche et improvisez sur la gamme majeure correspondante à la main droite. 
Vous connaissez maintenant l'alphabet (en tout cas une partie), apprenez à l'utiliser pour construire des mots et des phrases. Si vous avez appris le piano classique en école de musique ou conservatoire, cet alphabet vous le connaissez déjà pour l'avoir beaucoup pratiqué pendant votre enfance, mais vous n'imaginiez pas à l'époque qu'il allait autant vous servir !

Amusez-vous également à cherchez des II-V-I ou des II-V dans le Real Book.

Bon amusement !

jeudi 12 juillet 2012

My Funny Valentine - Bill Evans, Jim Hall

Le travail du jazz au piano nécessite de passer par le relevé de pianistes célèbres, c'est le meilleur moyen de comprendre ce qu'ils jouent, de parvenir à imiter le phrasé de nos pianistes préférés, d'apprendre de nouvelles phrases.

Couverture de l'album Undercurrent de Bill Evans et Jim Hall
Parmi mes pianistes préférés figure Bill Evans, je ne peux que vous conseiller d'écouter sa discographie.

Un des premiers morceaux que j'ai voulu relever est une version que j'adore de My Funny Valentine que l'on peut entendre sur l'album Undercurrent où Bill Evans joue en duo avec le guitariste Jim Hall.







Si le morceau est un peu long à relever d'un trait, je conseille de relever surtout le chorus de Bill qui commence vers 3'20.

Mais, à vrai dire, tout est bon à relever dans cette version de My Funny Valentine :
- Le phrasé de Bill sur le thème est juste énorme, surtout qu'il est rare d'entendre ce standard joué à cette vitesse. Pour tout vous avouer, je n'aime plus du tout le jouer en ballade et les autres musiciens sont souvent étonnés quand, lors d'un boeuf, je demande My Funny Valentine en medium swing.
- Si vous voulez perfectionner vos walkings à la main gauche, relevez également ses walkings lorsqu'il accompagne le solo de Jimm Hall vers 1'40. J'ai beaucoup appris grâce à ce walking !

Vous pouvez l'écoutez ici, sur Grooveshark : 

Bonne écoute, et courage, le relevé c'est extrêmement long quand on en a jamais fait, mais croyez-moi ça paie à tous les coups !

Photographie noir et blanc de Bill Evans et Jim Hall en plein travail


mercredi 11 juillet 2012

Le cycle des quintes

Quand je travaille un nouveau voicing, une progression d'accords ou une phrase mélodique pour enrichir mon vocabulaire en impro, j'essaie de le travailler dans toutes les tonalités. Pour cela, j'utilise le cycle des quintes (ou des quartes, ça dépend dans quel sens on le prend).


Schéma du cycle des quintes en français


L'avantage est double :
- c'est plus mélodieux et donc plus intéressant pour l'oreille que de monter ou descendre en demi-tons ou en tons
- c'est très utilisé en jazz, on retrouve des progressions en quintes dans beaucoup de standards (et dans tous les styles musicaux : chanson française, rock, pop...) Le II-V-I est lui-même une progression en quintes descendantes. L’ordre des dièses et des bémols est également basé sur le cycle des quintes.

Je vous renvoie à l’article Wikipedia sur le cycle des quintes ou sa version anglaise qui est bien plus complète encore.

Servez-vous en lorsque vous vous exercez, vous n’en tirerez que des bénéfices.

mardi 10 juillet 2012

Voicings main gauche sans tonique sur II-V-I

La première chose que j'ai envie de partager avec vous ce sont les voicings main gauche sans tonique, car c'est avec ça que j'ai commencé mon travail en piano jazz. J'ai travaillé ces voicings pendant des jours afin de les connaître sur le bout des doigts, et aujourd'hui encore ce sont les voicings qui me servent le plus.



Pourquoi un voicing ? Car il existe des tas de façons de faire sonner un accord. Si une grille de jazz indique un Dm7, rien n'oblige à ne faire absolument sonner que les notes de cet accord stricto sensu (Ré - Fa - La - Do): il existe bien d'autres notes plus colorées comme la 9ème.
Pourquoi main gauche ? Car ces voicings peuvent servir à faire sonner les accords d'une grille à la main gauche pendant que la main droite improvise.
Pourquoi sans tonique ? Car en jazz, en configuration de groupe, le pianiste n'a nul besoin de faire sonner la tonique : c'est le boulot du bassiste ! Il peut en profiter pour colorer ses voicings avec d'autres notes qui sonneront plus "Jazz"

Ces voicings se déclinent en 2 versions (une en partant de la 3ce et une en partant de la 7ème), à utiliser selon la tessiture du piano dans laquelle on se trouve, mais nous y reviendrons plus tard.


Sur un accord mineur de 7ème mineure :

en partant de la 3ce : 3ce - 5te - 7ème - 9ème
ou en partant de la 7ème : 7ème - 9ème - 3ce - 5te
Ce qui donne sur un Dm7 par exemple :Les 2 rootless voicings possible sur Dm7 (ré mineur 7)


Sur un accord de 7ème de dominante :

en partant de la 3ce : 3ce - 6te - 7ème - 9ème
ou en partant de la 7ème : 7ème - 9ème - 3ce - 6te
Ce qui donne sur un G7 par exemple : Les 2 rootless voicings possible sur G7 (Sol 7ème de dominante)

Vous constaterez que dans ce voicing de 7ème de dominante, on ne joue pas la 5te de l'accord mais la 6te. En effet, la 5te n'est pas la note la plus belle de l'accord de 7ème de dominante, il est plus intéressant de faire sonner la 6te.


Sur un accord de majeur de septième :

en partant de la 3ce : 3ce - 5te - 6ème - 9ème
ou : 3ce - 5te - 7ème - 9ème
ou en partant de la 7ème : 7ème - 9ème - 3ce - 5te
Ce qui donne sur un CMaj par exemple : Les 2 rootless voicings possible sur CMaj7 (Do majeur 7)

Il est possible ici dans le voicing partant de la 3ce de jouer la 6te ou la 7ème. Essayez les deux : la sonorité est très différente, et c'est à vous d'adapter en fonction de vos goûts. Pour ma part, je dirais que j'utilise la 6te lorsque je souhaite plutôt un son vieux jazz (les vieux big band ala Glenn Miller utilisaient ce type de voicings avec 6te dans leurs arrangements), alors que la 7ème sonne plus moderne.


Application sur un II-V-I :

La meilleure façon d'apprendre ces voicings c'est de se baser sur un des enchaînements les plus utilisés dans le monde du jazz : le II-V-I (cf. mon post sur le II-V-I).

Prenons un exemple sur un II-V-I en Do : Dm7 - G7 - CMaj

Pour l'accord de Dm7 nous allons prendre le voicing partant de la 3ce : Fa - La - Do - Mi
Pour l'accord de G7 nous allons prendre le voicing partant de 7ème car il permet de ne changer de position qu'un seul doigt par rapport au voicing précédent : Fa - La - Si - Mi
Pour l'accord de CMaj nous prendre le voicing partant de la 3ce car il est le plus proche du voicing précédent : Mi - Sol - La - Ré

Rootless voicing sur II-V-I en C (Do majeur)








Variante :

Une variante est possible en utilisant le voicing partant de la 7ème pour l'accord de Dm7, le voicing partant de la 3ce pour l'accord de G7 et le voicing partant de la 7ème pour l'accord de CMaj :

Autre variante du rootless voicing sur II-V-I en C (Do majeur)








Travail :

Je conseille de travailler ces voicings sur des II-V-I dans toutes les tonalités en suivant le cycle des quintes (descendant ou montant). Si vous pouvez vous faire accompagner d'un bassiste pendant ces sessions de travail c'est encore mieux.

Voilà bon travail et bon courage.


Bienvenue

Bienvenue sur Apprendre le piano jazz ! Je me lance dans l'aventure d'un nouveau blog traitant d'un de mes sujets favoris : le jazz, et plus particulièrement le piano jazz. Je vais partager ici avec vous toutes mes trouvailles pianistiques, les bases de piano jazz que j'ai glané ici et là et que j'ai ensuite travaillé pendant de longues heures.



Ce blog est destiné :
- aux musiciens désireux d'apprendre par eux-mêmes à jouer du jazz au piano
- aux pianistes de jazz avertis qui souhaitent découvrir de nouvelles techniques, de nouveaux voicings ou réviser les bases de ce qu'ils pratiquent déjà


Bonne lecture, et bonne pratique du piano jazz !